BIOGRAPHIE

« Je ne peins pas pour vivre, mais je vis pour peindre. Car je peux manquer de beaucoup de choses dans ma vie. Mais de l’argent pour acheter une toile et des couleurs j’en aurais toujours. »

Peinture acrylique sur toile
Op art N°53

Dominique Galietti est un artiste peintre né en 1967, installé dans la région Rhône-Alpes (France). Peintre autodidacte, il crée des tableaux dans le style Op Art. Enfant il rêvait de devenir un peintre. Quelques années plus tard, la peinture deviendra l’axe central de sa vie. Dominique Galietti a l’âge de 22 ans, s’installe dans un studio lyonnais de 25 m². Puis dès qu’il perçoit son premier salaire, il s’empresse d’acheter du matériel de peinture. Novice et sans ressources pour se payer des courts d’art, il va se former à travers des livres. Très tôt ce manifeste en lui, une forte attirance pour la peinture acrylique. C’est alors qu’il commence à produire des toiles dans un style mi- figuratif et mi- impressionniste.  Plus tard sa passion grandissante, le pousse à se perfectionner en s’ouvrant à une autre technique de peinture : l’aquarelle. Pendant 2 ans il suivra des cours du soir à Rochetaillée-sur-Saône. Cependant la peinture acrylique sera toujours sont médium de prédilection. Au fil du temps, l’artiste est passé par plusieurs influences artistiques : impressionnisme, abstrait et abstraction géométrique. Ses œuvres ont été exposées publiquement pour la première fois, en 1993 sur le marché de la création à Lyon. Puis en 1997 il réalise sa première exposition individuelle.

Voir : articles de presses

DÉMARCHE ARTISTIQUE

« A vrai dire, chaque tableau est une œuvre expérimentale ! »

realisation d'une toile op art
Réalisation d’une toile Op Art

Actuellement Dominique Galietti se sent en parfaite adéquation avec le style qu’il exerce : l’Op Art ou l’Art Optique en français. Car il correspond à son état d’esprit, axé vers la recherche et les méthodes expérimentales. L’univers de ce peintre, tourne autour d’un noyau formé par le visuel et le sensoriel. Visuel par l’effet optique qui n’est pas inscrit dans l’œuvre, mais dans la rétine de l’œil du spectateur. Sensoriel par les vibrations que dégagent les couleurs, ce qui contribue à accentuer l’effet optique. Cette observation est particulièrement présente dans sa « série mur de diamants » sur laquelle il travaille depuis 2015.

détail d'un tableau mur de diamants
Détail d’un tableau « Mur de diamants »

Pour commencer un tableau, l’artiste passe par différentes étapes de préparation. Ces étapes comportent entre autres : la réalisation d’une maquette préparatoire et la création d’un nuancier pour la recherche des couleurs. Il aime créer ses propres couleurs. Pour cela il utilise les couleurs primaires, le bleu, le rouge et le jaune. La difficulté de sa technique, c’est que l’artiste applique des couleurs unies. Comme l’artiste fait lui-même ses couleurs en cas de retouche, il doit avoir sous la main la teinte initiale. À savoir que pour réaliser certaines œuvres, il lui faut jusqu’à trente nuances différentes.

Il émane des oeuvres de cet artiste, une personnalité créative qui ne passe pas inaperçue. Tout en conservant son identité artistique, Victor Vasarely est le fil conducteur de sa création. D’ailleurs pour créer sa série “Mur de diamants”, Dominique Galietti c’est basé sur une œuvre de Victor Vasarely : “Arcturus II”. Quant au nom de cette série, il lui a été suggéré par un collectionneur lyonnais au cours d’une de ses expositions. Il apprécie également, le travail de Cruz-Diez et celui de Josef Albers, pour ses recherches sur l’interaction des couleurs.